La Vierge d’Englesqueville

Le 5 novembre 1631, Henri de Pontfol revient chez lui sous une pluie battante.

Cependant qu’il chevauche sous la tempête - et en matière de tempête, les Normands peuvent vous en conter - Henri entend soudain des sons métalliques portés par le vent.

C’est ainsi que commence une nouvelle aventure du héros de « La Nuit des Stellaires » *

Cette nouvelle, parue en décembre 2010 chez « Rivière Blanche », dans l’anthologie « De Capes et d’Esprits », vous fera retrouver ce seigneur augeron qui a le chic de toujours tomber là où il ne faut pas, c’est-à-dire sur des complots ourdis par des puissants. Vous y reverrez aussi sa superbe épouse, Ariane de Bellanges, dont le nom de famille vous induirait en erreur si vous pensez qu’il annonce de la candeur ou de la timidité !

Cavalcades, éclairs fusant hors des fourreaux, poursuites, rencontres étranges, rudes affaires politiques, assassinats, chocs des ambitions et des brettes, « La Vierge d’Englesqueville » vous ramènera sur les chemins sinueux du Montargis, cette colline du pays d’Auge où veille une curieuse statue de la vierge Marie…

http://www.riviereblanche.com/capes01.htm

* Roman paru en 1997 aux éditions Claude Lefrancq.