Cap sur l’aventure !

Pierre Efratas

Quand les anciens Scandinaves levaient haut leurs cornes à boire, ils proclamaient : « drekka mini ! », c’est-à-dire « buvons à la mémoire des ancêtres ! ». De sorte que si la licence m’en était autorisée, je dédierais bien cette proclamation aux cohortes de mois écoulés qui n’ont cessé de faire naître sur mon petit bureau de nouveaux personnages, des projets d’histoires, des romans, des chantiers de réécriture.

Oui, quelle année. Les multiples salons du livre et rencontres littéraires avec le public – quand il ne me prenait pas moi-même d’en créer et d’en mener à bien un autre – m’ont apporté en énergie créative et en bonnes nouvelles ce qu’ils m’ont emprunté en épreuves et en énergie physique.

Par exemple, j’ai reçu la confirmation bien agréable que les scrongneugneux occasionnels me susurrant à l’oreille : a. Que « les » jeunes ne lisent plus (soupir) ; b. Que « les » femmes ne s’intéressent que rarement à la littérature d’aventure (rire gras polyinsaturé) ; c. Qu’il est interdit par la Faculté des Hautes Certitudes de produire autre chose que du rentre-dedans boum-boum, efficace, formaté, avec plans de coupe façon hachoir, outils narratifs en guise de personnages et vocabulaire raréfié par la sécheresse mercatique (et mettez-moi aussi de la Chantilly) ; d. Qu’il n’est de chic qu’adapté de succès existants ; j’ai eu la confirmation, dis-je, que ces sépulcres blanchis se fourraient la plume dans l’œil jusqu’à l’orteil – une longue plume, je vous le concède, à la mesure de leurs confortables préjugés.

Aussi, rasséréné, je travaille maintenant sur des projets jeunesse, deux nouvelles séries de romans, sans compter des textes de commande et une réédition.

Cette force, mes ami/e/s, je vous la dois.

Alors… drekka à vous !

cropped-wp91a2b391_0f.png

 Dedicace Cidre et dragons

(Dédicaces au Festival « Cidre et Dragons »)